Devenir propriétaire reste le rêve  d’une immense majorité de Français !

Pourtant, accéder à la propriété n’est pas chose aisée : comment financer votre projet ? quel crédit choisir ? est-il préférable de s’engager pour un crédit à taux fixe ou à taux variable ?

Autant de questions que vous vous posez certainement pour pouvoir construire votre petit nid douillet.

Tout, tout, tout, vous saurez tout… dans la suite de cet article sur les prêts immobiliers !

Le prêt à taux fixe : priorité à la sécurité !

 Les avantages du prêt à taux fixe :

  • c’est un prêt simple (rien ne change pendant toute la durée du prêt : le taux et le montant de votre remboursement mensuel restent stables quoi qu’il arrive)
  • et sécurisant (dès le départ, vous savez exactement combien vous allez rembourser jusqu’à la fin du crédit).

Les inconvénients du prêt à taux fixe :

  • vous ne profitez pas d’une éventuelle baisse des taux de crédit (puisque votre mensualité de remboursement reste fixe),
  • Attention : des pénalités seront à payer en cas de remboursement anticipé.

Qu’est-ce qu’un remboursement anticipé de votre crédit immobilier ?

C’est ce qui arrive quand vous souhaitez revendre votre bien avant la fin de la durée prévue pour votre crédit immobilier.

Exemple : vous avez choisi un crédit sur 20 ans et au bout de 10 ans, vous souhaitez déménager. Si vous revendez votre bien, vous devrez payer à votre banque des pénalités de remboursement anticipé.

Bon à savoir : le montant de ces pénalités est précisé dès le départ dans votre contrat de prêt immobilier, au moment de la signature.

Le prêt à taux variable : vos remboursements évoluent à la hausse ou à la baisse

Les avantages du prêt à taux variable :

  • son taux de départ est plus bas que pour un taux fixe,
  • en plus, vous profitez des éventuelles baisses de taux qui se répercutent sur vos mensualités,
  • aucune pénalité si vous remboursez votre emprunt par anticipation.
Les inconvénients du prêt à taux variable :

Attention : le risque de hausse de taux est le principal inconvénient du prêt à taux variable.

Cela signifie que si, au fil des mois, les taux augmentent, le montant de vos remboursements mensuels augmentera aussi. C’est d’ailleurs pour tenir compte de ce risque d’augmentation que les taux variables sont en général plus bas au départ.

Donc en résumé, vous profitez d’un taux de crédit plus bas au départ, mais vous acceptez de prendre le risque qu’il augmente par la suite.

Le prêt à taux variable peut aussi être « capé »

Bon, on est d’accord : le risque d’augmentation de votre crédit à taux variable, c’est un peu stressant !

C’est la raison pour laquelle ont été inventés les taux « capés ».

Le client choisit un prêt à taux variable mais, pour le protéger d’une éventuelle forte hausse de taux, le taux du prêt ne pourra dépasser un « cap » ou « plafond ». Ce dernier étant défini lors de la signature du contrat.

Concrètement, il s’agit d’un taux de départ auquel on ajoute 1 à 3% selon les contrats.

Par exemple, votre taux de départ est de 4% :

  • Un cap de 1 signifie que le taux de 4% annoncé ne dépassera jamais 5% au fil du temps, et ce, même si les taux augmentent davantage. En contrepartie, il ne pourra pas être plus bas que 3%, même si les taux baissent davantage.
  • Un cap de 2 signifie que le taux de 4% du départ ne pourra pas être plus haut que 6% et ne pourra pas être plus bas que 2%.
  • etc.

Dans votre choix, si vous préférez un taux variable à un taux fixe, je vous conseille sincèrement de toujours opter pour ce qu’on appelle des taux « capés ». Ceux-ci évitent de trop fortes hausses de taux qui peuvent vous pénaliser.

Oui, le taux « capé », c’est un peu le Zorro des taux 😉

Et si vous profitiez d’une formule qui marie taux fixe et taux variable ?

N’oubliez pas que chez nous, le mélange des 2 formules, taux fixe et variable, est possible : un « 2 en 1 » qui vous permettra de bénéficier des avantages des 2 !

Parlez-en avec votre conseiller Crédit Agricole !

Un prêt immobilier, ça se prépare aussi… en épargnant

Devenir propriétaire ça ne s’improvise pas, ça se prépare.

Par exemple, en épargnant pendant un certain nombre de mois (18 à 48) avant l’achat de votre bien immobilier.

Avec le Compte Epargne Logement et / ou le Plan d’Epargne Logement, non seulement vous mettez de l’argent de côté à votre rythme, mais en plus :

  • votre épargne est rémunérée,
  • vous bénéficiez d’un taux de prêt défini au moment où vous ouvrez votre PEL ou votre CEL, quelle que soit la durée du crédit immobilier (15 ans, 18 ans, 20 ans…) que vous choisirez par la suite pour acheter votre bien.

En savoir plus sur la nouvelle formule du PEL

Plus d’infos sur les solutions de crédits pour acheter votre logement ?

N’hésitez pas à consulter la page « spécial immobilier » de notre site Internet !

Vous pouvez également nous poser vos questions grâce aux commentaires de cet article (voir ci-dessous).

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :