Le monde (Crédit photo : Thinkstock)Vous vendez votre voiture à un Suisse, vous commandez des produits de beauté fabriqués au Maroc ou des poteries au Portugal : bref, pour une raison ou une autre, vous allez devoir réaliser une transaction financière (payer ou recevoir de l’argent) avec l’étranger.

Comment procéder ? Que faut-il savoir pour que la transaction se passe au mieux ? Quelles précautions faut-il prendre ? Qu’est-ce que l’IBAN ? Le BIC ?

C’est ce que nous décryptons pour vous dans la suite de ce billet !

IBAN, BIC : euh, vous pouvez répéter ?…

IBAN et BIC sont 2 sigles qu’il vous faut connaître avant d’effectuer (ou recevoir) un virement à l’étranger.

  • IBAN :

IBAN (Crédit photo : Thinkstock)L’International Bank Account Number est un numéro de compte bancaire européen standardisé, utilisé pour les paiements transfrontaliers (zone E.E.E.). Il est opérationnel dans tous les pays qui ont choisi d’utiliser cet identifiant bancaire.

L’IBAN se compose du code pays ISO, d’un nombre de contrôle de 2 chiffres et du numéro de compte national existant.

Il est obligatoire de mentionner l’IBAN. De plus il permet un acheminement plus rapide avec une tarification adaptée.

  • BIC :

Le Bank Identifier Code est l’identifiant normalisé international de banque. Il est également connu sous la dénomination « adresse SWIFT » et il est mondialement utilisé.

Il peut être représenté sous 2 versions :

  • identification de la banque en 8 caractères (siège social de la banque), exemple : AGRIFRPP,
  • identification de la banque en 11 caractères (succursale de la banque), exemple : AGRIFRPP810

Les trois derniers caractères ne doivent pas être des X.

Maintenant que vous maîtrisez le vocabulaire de base, passons à la pratique !

 

1er cas de figure : vous envoyez de l’argent à l’étranger pour régler un achat

Acheter à l’étranger n’est pas un acte tout à fait anodin et, si vous ne pouvez pas régler (sur un site sécurisé) votre achat avec votre carte bancaire, je vous recommande avant toute chose de privilégier le VIREMENT à toute autre forme de paiement.

Dans tous les cas, voici quelques précautions que je vous conseille de suivre :

  1. Avant d’envoyer de l’argent, vérifiez l’existence de la personne avec qui vous allez effectuer la transaction (notamment s’il s’agit d’une personne morale = d’une entreprise ou d’une institution).
  2. Vérifiez la cohérence de l’opération : si le prix vous semble décalé (trop alléchant, par exemple) par rapport à l’objet acheté, attention ! Il peut s’agir d’une arnaque.
  3. Dans tous les cas, spécifiez clairement le motif du paiement, en indiquant bien concrètement l’objet acheté. Que l’on transfère ou que l’on reçoive des fonds il faut toujours expliquer et justifier l’objet de l’opération.
  4. Soyez vigilants par rapport à d’éventuelles sollicitations ou courriers reçus intimant l’ordre de payer. C’est souvent une façon de vous forcer la main pour vous obliger à agir sans réfléchir.
  5. Vérifiez que des transactions sont possibles avec le pays en question : par exemple, en Chine, il n’y a pas d’acte de commerce avec des personnes physiques.
  6. Méfiez-vous des opérations à destination de certains pays (ex : Cote-d’Ivoire…), qui sont considérés comme « à risque ».
  7. Fournissez des renseignements bancaires complets (BIC/IBAN) pour que les fonds soient correctement transmis.

 

2e cas de figure : vous attendez un paiement depuis l’étranger

Là encore, le moyen le plus sûr pour vous faire payer est de réclamer un VIREMENT.

Dans ce cas, il faut absolument veiller à donner ses coordonnées bancaires complètes pour que le paiement arrive rapidement et sans problème. Au Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne, il faudra donc donner le code Swift « AGRI FRPP 810 » et ensuite votre IBAN qui commence par FR76 11006 puis 18 chiffres (regardez sur votre RIB, dans votre chéquier).

Méfiez-vous de la fraude !!! Les chèques sont à exclure car le bénéficiaire ne dispose d’aucune protection. Les règles et usages des autres pays sont différents des nôtres.

Faux chèque (Crédit photo : Thinstock)
Voici au moins 3 raisons de refuser un paiement par chèque depuis l’étranger :

  • La date de validité des chèques varie, selon le pays, de 8 jours à un an.
  • Par ailleurs, la falsification ( = faux-chèque) est une pratique courante.
  • Enfin, un chèque peut revenir impayé plusieurs mois après l’enregistrement sur votre compte, alors que cette pratique n’est pas possible en cas de réception de sommes par virement.

 

Que faut-il savoir d’autre ?

D’une manière générale, il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas d’exclusion totale d’opérations avec certains pays (par exemple, l’Iran, la Corée du Nord…) ni d’embargo partiel (comme c’est le cas avec Cuba, la Lybie, la Syrie, etc.).

Et bien sûr, il est absolument interdit de faire le commerce de tout ce qui est illégal (armes, drogue…) : ce qui va sans dire va toujours mieux en le disant, n’est-ce pas ☺

_______________________________________________________________________________

Une question, un doute ?

N’hésitez pas à déposer un commentaire (public) ci-dessous : nous vous répondrons également par le biais d’un commentaire public !

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :