Source : Com CACB ; Crédit photo : Thinkstock

Source : Com CACB ; Crédit photo : Thinkstock

Vous pensez bien connaître le bon vieux Plan Epargne logement (PEL) : et si vous vous trompiez ?

Dans la suite de cet article, je reviens sur les avantages du PEL souvent méconnus de nos clients.

Après les avoir (re)découverts, peut-être ne verrez-vous plus le PEL du même œil !

1) Le PEL n’est pas réservé au logement

(Crédit photo : Thinkstock)

(Crédit photo : Thinkstock)

Si la vocation première du PEL est effectivement bien de préparer un projet immobilier (en épargnant une somme régulière et en bénéficiant par la suite, si vous le souhaitez, d’un taux de crédit connu à l’avance), ce n’est pas la seule utilisation possible de l’argent épargné sur votre PEL.

En effet, le PEL est aussi un moyen d’anticiper de nombreux projets ou besoins :

  • Avenir des enfants ► le PEL peut servir à constituer un capital en douceur (45€/mois) pour soi-même ou ses enfants mineurs,
  • Recycler des liquidités ► pour bénéficier d’une épargne à taux garanti et fiscalité avantageuse,
  • Transmission de patrimoine ► pour préparer un capital à transmettre à ses enfants, petits-enfants, pour les accompagner à terme dans leurs projets (voir aussi ci-dessous, point n°3 de cet article),
  • Travaux ►utile pour réaliser des projets travaux (y compris en intégrant un prêt).

 

2) Votre PEL peut tout à fait être transmis à un membre de votre famille

  • Le PEL peut être souscrit au nom d’un enfant mineur par ses parents. Vous préparez ainsi l’avenir de l’enfant, puisque ce PEL constitue le patrimoine du mineur, même s’il est alimenté par les parents ou grands-parents.
  • Si vous n’envisagez pas d’emprunter au taux prévu dans votre PEL, vous pouvez décider de céder vos droits à prêt à un membre de votre famille : conjoint ; descendants, ascendants, frères/sœurs, oncles/tantes, neveux/nièces, du souscripteur ou de son conjoint ; conjoints des frères/sœurs, ascendants, descendants, du souscripteur ou de son conjoint. Il suffit que ce membre de votre famille soit lui aussi détenteur d’un PEL et qu’il ait acquis des droits à prêt.
  • Le PEL est également un produit d’épargne transmissible par donation. Cela peut se matérialiser par un acte notarié (uniquement à un donataire figurant dans la liste, rappelée ci-dessus, des éligibles à la cession de droits à prêts). La personne qui bénéficiera de cette donation ne doit en revanche pas déjà posséder un PEL à son nom propre.
  • En cas de décès, le PEL n’est pas forcément clos ; s’il est en phase d’alimentation, il peut être repris par un légataire ou par n’importe quel héritier, même si celui-ci a déjà ouvert un PEL à son nom propre (contrairement à la donation).

 

3) Les principaux atouts du PEL en résumé :

1. Rémunération attractive

  • 2.50% (hors contributions sociales) pour les PEL ouverts depuis le 1er mars 2011
  • Garantis pendant toute la durée
  • Fixés par les pouvoirs publics

Un taux qui place le PEL dans une très bonne position dans la hiérarchie des taux.

2. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’au 12ème anniversaire et sont soumis aux prélèvements sociaux.

3. Epargne sûre, sans surprise, souple, accessible.

4. Maxi 61 200€ par personne (ce qui, au niveau d’un foyer, correspond à des sommes importantes).

 

En conclusion tous les PEL ne sont pas identiques

Comprenons-nous bien : le PEL est identique pour tous les souscripteurs… mais seulement pour ceux qui l’ont souscrit en même temps !

Car au cours de son histoire, le PEL a souvent été réformé et amendé. Par exemple, si vous avez souscrit votre PEL en 2002, vous ne bénéficiez pas des mêmes conditions qu’un autre client qui l’aura souscrit en 2008.

C’est pourquoi, si vous ne possédez pas encore de PEL (ou si vous en avez clôturé un récemment), il est urgent de NE PAS ATTENDRE : de nouvelles réformes peuvent en effet intervenir à tout moment et, dans le contexte d’économie que nous connaissons actuellement, venir restreindre les avantages actuels.

A mon sens, vous avez donc tout intérêt :

  • A « prendre date » (c’est-à-dire à ouvrir un PEL dès à présent) si vous n’êtes pas équipés
  • A profiter des avantages contractuels en effectuant des versements supplémentaires ou en augmentant vos versements réguliers.

 

Un doute, une question ? Nous vous aidons à y voir plus clair !

Avant de prendre votre décision, vous souhaitez être conseillé(e) ?

N’hésitez pas à consulter votre agence pour prendre rendez-vous avec un conseiller CACB !

Nous ferons avec vous le bilan de votre situation personnelle et nous examinerons ensemble les opportunités à saisir.

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :