Le gouvernement vient de l’annoncer : tous les Plans d’Epargne Logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2018 feront désormais l’objet d’une nouvelle taxe forfaitaire de 30% sur les intérêts.

Conséquence immédiate : si vous souhaitez échapper à cette mesure, il vous faut impérativement ouvrir un PEL avant le 31 décembre 2017. Explications dans la suite de cet article !

PEL : en quoi consiste la nouvelle mesure gouvernementale ?

Un arbitrage du projet de loi de finances pour 2018, qui vient d’être évoqué par le Ministre de l’Economie dans la presse et qui sera présenté le mercredi 27 septembre 2017, prévoit que les intérêts des plans d’épargne logement (PEL) ouverts à compter du 1er janvier 2018 seront taxés à 30 %. Pour les détenteurs de ces nouveaux PEL, « les intérêts produits seront imposés au prélèvement forfaitaire unique (PFU) dès la première année ».

Concrètement, les particuliers qui ne sont pas encore détenteurs d’un PEL ont donc tout intérêt à en ouvrir un avant le 1er janvier 2018 pour bénéficier du régime actuel, c’est-à-dire que les intérêts sont soumis aux seuls prélèvements sociaux (15,5% puis 17,2% en 2018). Le rendement net de leur PEL sera en effet toujours un tout petit peu plus intéressant que celui d’un Livret A.

 

Les PEL ouverts avant le 31 décembre 2017 sont-ils concernés par cette mesure ?

Oui et non ! En réalité, cela dépend de la date à laquelle votre PEL a été ouvert.

En effet, le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a indiqué : « Pour les plans ouverts avant le 1er janvier 2018, les intérêts produits jusqu’à la veille du douzième anniversaire du PEL resteront exonérés d’impôt sur le revenu. En revanche, les intérêts produits après douze ans seront imposés au PFU ».

Rappelons qu’à l’heure actuelle, les détenteurs d’un PEL de plus de 12 ans sont soumis au barème de l’impôt sur le revenu (ou du prélèvement forfaitaire libératoire + prélèvements sociaux). Les détenteurs d’un PEL ouvert avant 2005 dont les intérêts sont imposés sur le revenu à plus de 30% peuvent donc être avantagés par la nouvelle mesure gouvernementale et y trouver une raison de conserver leur vieux PEL, au taux d’intérêt par ailleurs souvent bien plus intéressant que ce qui est proposé actuellement.

 

Eh non, le PEL n’est pas réservé aux projets immobiliers !

J’en profite pour rappeler que le PEL peut intéresser tout épargnant qui recherche un placement sans risque, encore faiblement fiscalisé et qui, contrairement à ce que l’on croit souvent, n’est pas uniquement destiné à ceux qui ont des projets immobiliers !

Si la vocation première du PEL est effectivement bien de préparer son projet immobilier (en épargnant une somme régulière et en bénéficiant par la suite, si vous le souhaitez, d’un taux de crédit connu à l’avance), ce n’est pas la seule utilisation possible de l’argent épargné sur votre PEL.

En effet, le PEL est aussi un moyen d’anticiper de nombreux projets ou besoins :

  • • L’avenir des enfants : le PEL peut servir à constituer un capital en douceur (45€/mois) pour soi-même ou ses enfants mineurs,
  • • Placer de l’argent qui dort : pour bénéficier d’une épargne à taux garanti et d’une fiscalité avantageuse,
  • • Préparer un capital à transmettre à ses proches : pour accompagner ses enfants ou petits-enfants dans leurs projets de vie (notamment un achat immobilier)
  • • Financer de futurs travaux : juste en utilisant l’épargne constituée ou alors en faisant un prêt.

 

Cet article vous a intéressé(e) ?

Alors partagez-le avec vos proches, par e-mail ou via les réseaux sociaux !

Pour en savoir plus sur le PEL et/ou en ouvrir un pour vous-même ou pour vos enfants, rapprochez-vous rapidement de votre Conseiller Crédit Agricole préféré.

Enfin, n’oubliez pas que nos collègues de Square Habitat sont également à votre écoute pour répondre à toutes vos questions en matière d’immobilier

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :