Vous avez la fibre écolo ? Vous souhaitez réduire votre facture de chauffage ? Optez pour un poêle à bois ou à granulés. Voici 6 questions à vous poser pour bien décider… Et leurs 6 réponses !

1) Quels sont mes besoins ?

Un poêle est rarement destiné à chauffer la totalité de la maison mais plutôt à prendre le relais de votre chaudière ou de vos radiateurs ou à chauffer une pièce en particulier. Si vous choisissez exclusivement ce mode de chauffage, votre maison devra être parfaitement isolée et sa configuration s’y prêter (loft, pièces ouvertes…).

2) Quel équipement est nécessaire ?

Pas de poêle sans conduit de fumée ni sans arrivée d’air frais ! Il est conseillé de demander à un professionnel (chauffagiste, poseur…) de venir établir un diagnostic à votre domicile : il pourra ensuite prendre en charge la pose comme le recommandent les fabricants, cette dernière devant respecter de nombreuses règles techniques.

Bon à savoir : Si vous le faites poser par un professionnel, vous bénéficierez d’un taux de TVA réduite à 5,5 % contre 20 % le cas échéant (outre le crédit d’impôts de 30 % sur l’achat de l’appareil).

3) Comment choisir entre poêle à bois et poêle à granulés ?

Les amateurs de belles flambées ne jureront que par le poêle à buches. Mais il faut être prêt à en accepter les contraintes comme le stockage du bois ou la nécessité de recharger régulièrement en combustible.En alternative, les poêles alimentés par des granulés obtenus à partir de sciures de bois compressées ont eux aussi leurs adeptes : automatisés, ils permettent la programmation (déclenchement du chauffage, recharge en granulés…) pour un grand confort d’utilisation et affichent des rendements plus élevés que les modèles à bûches. En revanche, on peut leur reprocher d’être bruyants, de demander plus d’entretien comme le vidage du cendrier, et de nécessiter une petite consommation électrique pour le démarrage ou l’alimentation en granulés. Enfin, côté prix, ils reviennent plus chers tant à l’achat qu’à l’utilisation.

4) Comment savoir si mon poêle sera performant ?

Pour garantir de bonnes performances, vous tiendrez compte du rendement de l’appareil. Si le poêle affiche un rendement de 70 %, cela signifie que 70 % de la bûche que vous avez utilisée pour chauffer va produire de la chaleur, les 30 % restants seront perdus. Un rendement élevé implique donc une bonne qualité de chauffe mais aussi des économies d’énergie puisque vous maitriserez mieux la gestion des combustibles.L’idéal ? choisir un poêle doté du label Flamme Verte, gage de qualité avec des appareils bénéficiant d’un rendement d’au moins 70 %, d’émissions de CO inférieures à 0,3 % et de taux de poussières inférieurs à 90 mg/Nm3.

Bon à savoir : Depuis janvier 2015, on compte trois niveaux d’excellence : du poêle 5 étoiles au top du top, le modèle 7 étoiles (rendement de 75 % pour le bois, 90 % pour les granulés).

5) Comment choisir la bonne puissance ?

Très variable, la puissance va dépendre de la surface de la pièce à chauffer, du niveau d’isolation, de l’agencement et même de l’altitude :

  • – Dans une maison normalement isolée, on peut néanmoins estimer la puissance nécessaire à 1 kW pour 20 m², soit 10 kW pour une pièce de 80 m².
  • – Dans les maisons très bien isolées, la puissance requise est plus faible, un poêle de 5 kW peut très bien suffire.

6) Pour quel design opter ?

Utilisé de tous temps pour le chauffage, le poêle en fonte restitue idéalement la chaleur même si l’appareil va mettre un peu plus longtemps à chauffer.

L’acier au contraire chauffe quasi-instantanément et s’avère plus facile à travailler avec des formes souvent très originales.

Côté déco, ces poêles se distinguent ensuite par leur habillage : en tôle mais aussi en céramique, en verre, en émail, en pierre ou en faïence.

© Uni-médias – Dossier Familial 2018

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :