Il craque pour cette adorable boule de poils dès qu’il la voit en photo ou la caresse chez des amis. Et promis, « il s’en occupera ». Avant de vous embarquer dans cette aventure familiale au long cours, échangez avec votre petit-enfant sur ses motivations et sur ce que cela implique.

A l’approche de Noël, votre petit-enfant a feuilleté les catalogues de jouets et découpé les images de ce qu’il souhaitait commander. En haut de sa liste, avant même les poupées et les voitures, figure un chat ! Il a craqué devant le chaton de son cousin et vous poursuit depuis avec son idée. Faut-il céder à cette envie ? Comment lui faire comprendre ce que cela implique ? Pour Virginie Bapt, psychothérapeute à Paris, coach et auteure de Parents à l’écoute pour des enfants épanouis, il faut avant tout « savoir s’il s’agit de son désir et ce que veut dire pour lui avoir un chat. C’est à partir de ce qu’il a en tête qu’on pourra lui répondre. »

Découvrir sa motivation

Commencez par sonder la motivation de votre enfant.
Qu’imagine-t-il ? Veut-il un chat pour le montrer à ses copains de classe ? Veut-il un compagnon pour jouer ? Expliquez-lui alors ce que l’on peut faire ou non avec un animal.
Précisez-lui aussi qu’un chat est plus indépendant qu’un chien et ne veut pas toujours jouer. Ce n’est pas une peluche que l’on peut emporter n’importe où.
« Regardez ensuite ce que cela veut dire sur le plan symbolique. Il demande un être vivant, pas un jouet. Est-ce qu’il a besoin de quelqu’un à ses côtés ? Se sent-il seul à la maison ou à l’école ? S’ennuie-t-il ? », interroge la psychothérapeute. Si le chat vise à combler un manque affectif, essayez de passer plus de temps avec votre petit-enfant, en tête-à-tête, proposez-lui d’inviter des amis à la maison… Enfin, Virginie Bapt conseille de considérer aussi sa demande sur le plan du réel : il a peut-être simplement envie d’un chat parce qu’il les aime ! Avoir un animal permet à l’enfant de créer de nouveaux liens, de faire attention aux autres, de gagner en assurance… Par leur biais, il apprend aussi à gérer la perte d’un être cher.
Vers 7/8 ans, quand il a le sens des responsabilités, un enfant peut participer en donnant à manger à son animal de temps en temps – plus jeune, il le fera en vous accompagnant.
Mais il n’est pas de son ressort de l’assumer pleinement.
Si vous acceptez d’avoir un chat chez vous, gardez à l’esprit que c’est vous qui devrez vous en occuper.

Et si vous n’êtes pas d’accord ?

Si vous ne voulez pas de chat, après avoir entendu les arguments de votre petit-enfant, expliquez-lui pourquoi. « Manque de place, de temps… Et faites-lui bien comprendre que c’est non. C’est important de le faire, car cela rassure l’enfant de voir que les adultes contiennent ses désirs, qu’ils ne disent pas oui à tout », ajoute l’experte. Et s’il vous rétorque que c’est le Père Noël qui va lui offrir son chat, vous pouvez répondre qu’il ne fait pas quelque chose contre l’avis des grands, et n’apporte pas toujours ce que les petits désirent !

Dorothée Blancheton
En collaboration avec le magazine Parents

© Uni-médias – 2019

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez des articles similaires :