avatar Pierre
0 commentaire

 

Qui veut payer des millions ???

Plus de 2 500 millions d’€uros : c’est le montant des contributions auxquelles les banques françaises seront soumises cette année !

Les chiffres qui suivent (source : Fédération bancaire française) sont malheureusement en €uros et non en anciens francs.

Attention, âmes sensibles s’abstenir 😉 (suite…)

Lire la suite ... »

 

avatar Pierre
0 commentaire

 

こんにちは (Kon’nichiwa) et ありがとう (Arigatō !)

  • 11 millions de clients au Japon, dont près de 10 millions de sociétaires issus de coopératives agricoles, forestières et de pêcheurs
  • 64 000 collaborateurs
  • 800 milliards de dollars de collecte sur le marché nippon…

… c’est le poids que représente notre partenaire, The Norinchukin Bank, au pays du Soleil levant !

Un partenaire avec lequel le Crédit Agricole développe, depuis 15 ans, des liens qui ne cessent de s’accroître.

Il y a quelques jours, nous avons eu le plaisir de recevoir, en Bourgogne, une délégation de représentants de notre honorable correspondant, qui souhaitaient étudier plus précisément notre organisation, notre accompagnement du développement de notre territoire et le fonctionnement d’une chambre d’agriculture.


Accueil d'une délégation de The Norinchukin Bank au C. A. de Champagne-Bourgogne

(suite…)

Lire la suite ... »

 

avatar Pierre
10 commentaires

 

Ce n’est pas nous les bandits :)

A la lecture de la une des journaux, on a envie de reprendre l’expression d’Hippolyte Girardot dans « Un monde sans pitié », d’E. Rochant, alors qu’il se fait contrôler pour la xième fois par la police.

En un an, les banques françaises ont été convoquées huit fois à l’Elysée. Elles ont fait l’objet de plusieurs discours présidentiels musclés et de unes de journaux incendiaires. La réglementation les concernant est en passe de se durcir en matière d’exigence de fonds propres ou de liquidité. Certains députés demandent la mise place d’une taxe additionnelle de 10% sur leurs bénéfices.

Il est vrai qu’à la lecture de ces chiffres pharaoniques, indécents dans ce contexte de crise dont Wall Street est à l’origine et dont nous ne sommes même pas sortis, on comprend facilement l’opinion publique et la réaction de ceux qui nous gouvernent.

Il y a pourtant banquier et banquier. Un peu facile, me direz-vous. (suite…)

Lire la suite ... »